Mars30
querqueville
Clair
15°C
 
Horaires de marées

La chapelle Saint-Germain

Dominant majestueusement la rade de Cherbourg, la chapelle Saint-Germain est sans conteste, l’édifice le plus ancien de Querqueville. Monument du IX ou Xème siècle, il fut bâti sur des substructions plus anciennes. De petite dimension, elle est composée d’une nef rectangulaire et d’un ensemble trilobé formant le chœur et les deux croisillons. Au centre du transept, le clocher fut édifié en 1655 pour remplacer celui de l’église qui menaçait ruine. La chapelle fut classée monument historique en 1856.

Dédiée à Germain le Scot, qui évangélisa la région au Vème siècle, c’est le seul vestige du christianisme des premiers âges encore subsistant dans le Cotentin. La découverte d’un sarcophage paléochrétien ne fait que confirmer ce que l’on sait des populations anciennes de Basse-Normandie.

Son plan n’est pas quadrifolié mais basilical et elle ne possède qu’une simple nef rectangulaire avec à l’Est, une petite abside carrée. Le rectangle intérieur était un rectangle d’or, les murs différents des murs actuels, plus minces, bâtis en pierres disposées en assise horizontales régulières. L’ensemble témoigne d’une tradition architecturale gallo-romaine. Au IXème siècle, après une destruction imputée aux Vikings, on reconstruisit la chapelle. On lui donna la forme d’une croix, en édifiant un opus spicatum de plaques de schiste, les trois travées du chœur et des croisillons.

La chapelle Saint-Germain a changé plusieurs fois de forme : surélévations successives de la tour des cloches, existence dès le XVIème siècle d’un narthex devant la nef. Jusqu’à une époque récente, on gagnait l’intérieur de plain-pied. En 1615, la paroisse décida de rehausser le clocher pour permettre d’y loger les cloches de l’église.

Son contenu

Les fouilles entreprises dans ce lieu de culte d’une ancienneté vénérable, ont permis d’y découvrir de nombreux sarcophages de pierre et divers vestiges paléochrétiens, étayant pleinement les hypothèses des archéologues. De nombreuses pièces de monnaies ont également été mises à jour : les unes datant de la Révolution, d’autres du siècle de Louis XVI, de la Guerre de Cent Ans ou encore de l’époque Normande. La dernière trouvée est assez rare : c’est un denier normand des Ducs Richard, ancêtres de Guillaume le Conquérant, frappée à Rouen.

Il n’y a pas de statue de Saint Germain dans la chapelle ; la statue de l’autel est celle de Saint Clair, statue en bois polychrome du XVIIIème siècle, placée dans la chapelle Saint-Germain en 1791. Elle provient de la chapelle Saint-Clair de Nacqueville, édifice du XIIème siècle et vendue à la Révolution. La statue représente un prêtre vêtu de la chape, surplis et d’une étole, tendant les mains ouvertes en geste de don. Saint-Clair, né en Angleterre, débarqua en 860 à l’ouest de Cherbourg pour évangéliser le Cotentin. Il établit son ermitage dans la forêt de Nacqueville. Il guérît un ouvrier agricole qui s’était blessé, il délivra un possédé du démon et c’est alors qu’il fut considéré comme le saint patron des commis de ferme qui le louaient le jour de la Saint-Clair.

Une seconde statue, celle de Saint-Hélier, en pierre polychromée, date quant à elle du XVème siècle. Elle représente le Saint décapité, tenant sa tête entre ses mains. Compagnon de Saint-Marcouf, Saint-Hélier évangélisa le sud de Jersey au milieu du VIème siècle. Il fut décapité en 559 par une horde de saxons.

On peut également découvrir dans la chapelle, une dalle funéraire taillée dans le granit. Le tracé de son motif en creux représente une croix nimbée.
Enfin, un grand crucifix, d’une hauteur de 1,15m, est fixé sur le mur nord de la chapelle. En bois polychrome, il date du XVIème siècle.