Oct.22
querqueville
Nuageux
12°C
 
Horaires de marées

Les batteries d’Amfreville

En 1897, la décision de construire des batteries d’artillerie au village d’Amfreville est prise. Le terrain d’une superficie de 2,83 ha est payé 38.000 frs aux propriétaires. La construction des batteries « Est » et « Ouest » coûtera, quant à elle, 306.000 frs.

Le but de ces batteries :

 

- flanquement et soutien des ouvrages de la Séroterie à l’Ouest et des batteries et ouvrages à l’Est,

- battre la côte entre les deux positions de Nacqueville à la passe de l’Ouest.

Le parapet de chaque batterie a une épaisseur de 8 mètres, les murs et les plafonds, en béton, sont d’une épaisseur variant de 1,40 mètres à 5,65 mètres.

Les magasins de munitions, placés entre les batteries font 8,25 x 2,80 mètres. Les murs et les plafonds sont d’une épaisseur variant de 1,40 mètres à 1,75 mètres.

Chaque batterie était équipée de 4 canons de 24mm.

Les effectifs en officiers, sous-officiers et marins étaient de :

- 40 hommes en temps de paix,

- 102 hommes en temps de guerre.

L’eau courante n’a été installée qu’en 1938. Auparavant, les occupants des batteries utilisaient l’eau pluviale récupérée et stockée dans une citerne munie d’un filtre.

Jusqu’alors, les batteries n’avaient été occupées que par des français.

A leur arrivée, les allemands ont vu immédiatement l’intérêt de cette position, à 75 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ils ont seulement utilisé l’ancien emplacement français de la batterie « Est » et une pièce de DCA a été installée dans la batterie « Ouest ».

La batterie « Est » a été transformée en un solide point d’appui et quatre casemates, équipées d’une pièce de 172 d’un modèle ancien, furent construites. Les axes des casemates différaient d’une dizaine de degrés de l’une de à l’autre, ce qui permettait de couvrir tout le large, de Jardeheu au cap Lévy.
Quatre énormes bâtiments abritaient l’infirmerie, le personnel et les munitions.