Mars30
querqueville
Clair
15°C
 
Horaires de marées

La plage

La plage au début du siècle

Plusieurs chemins menaient à la plage de Querqueville : le chemin des Haizes qui partait de la rue Roger Glinel, croisait la rue du fort, longeait les champs des GUELOUES pour rejoindre une sente qui venait de la rue des Francs (une partie de ce chemin existe encore), passait à côté de la mare aux CARACOS (comblée en 1935), pour arriver à la plage et la route Neuve (aujourd’hui rue de la Plage).

La plage n’était pas loin de Cherbourg. Très fréquentée, elle était desservie par la ligne de tramway Tourlaville-Nacqueville qui longeait le polygone, passait devant l’Hôtel Torigny et les tribunes de champs de courses pour faire une halte à la plage, près de l’auberge de la Battelière, ce qui permettait aux promeneurs de se restaurer.

A l’époque, de nombreuses familles des environs fréquentaient la plage. Ils y séjournaient dès les premiers beaux jours et au moment des vacances. Des parcelles de terrain furent vendues pour y construire des chalets (il y en eut jusqu’à 51 !) ou des villas. Des familles y louaient des chalets ou de simples cabines. En 1923, le Conseil Municipal fixa le prix de la location à 5 frs pour un minimum de 5 m².

Pendant de nombreuses années, les entreprises de travaux publics furent autorisées à enlever du sable pour les besoins de leurs chantiers. Pour arrêter cette dégradation de la plage, des Querquevillais et des propriétaires de chalets adressèrent une pétition au Secrétariat de la Marine, lui demandant de supprimer cette autorisation. Cette pétition reçut plus de 70 signatures.

En 1932, après la suppression de la ligne de tramway, la gare de Querqueville devint le terminus du tram. Malgré le chemin qui leur restait à faire, les Cherbourgeois continuèrent à fréquenter la plage de Querqueville.

En 1944, les américains entreprirent un grand nettoyage de la plage. 120 mines allemandes, 16 mines françaises piégées et couplées entre elles ainsi que 50 grosses mines anti-chars y furent découvertes.

La plage de Querqueville vit également, en août 1944, l’arrivée du premier oléoduc, « Le pipeline PLUTO » qui partait d’Angleterre pour approvisionner les troupes américaines en carburant.

La plage de Querqueville est toujours très fréquentée. C’est pourquoi la ville a souhaité l’aménager en entreprenant des travaux  tant sur la plage elle-même qu’en ajoutant un parking, un poste de secours, un buvette restauration.